L’infiltration à Genève, témoignage d’une patiente

1 décembre 2020

Actualité MEDIMAGE

Actualité / Inside

Michelle, patiente de MEDIMAGE, nous a récemment fait le plaisir d’un entretien amical sur l’infiltration lombaire pratiquée sur elle par notre collègue, le docteur Besse, à deux reprises.
À 78 ans, cette femme énergique, voyageuse passionnée, férue de langues orientales anciennes, souffrait terriblement du dos en position debout statique et assise. Refusant la fatalité, elle s’est résolue à l’infiltration sur la recommandation de son médecin traitant. Temps forts de ce très agréable échange.

Medimage. Comment êtes-vous parvenue à la prescription d’une infiltration ?
Michelle. Ce sont à la fois la douleur et les limitations dynamiques que m’imposait ma colonne vertébrale. Debout, il m’était impossible de maintenir une position statique plus de deux minutes, et j’étais restreinte dans mes déplacements en voiture par la fatigabilité et la gêne provoquée par cette inflammation persistante.
Après diverses tentatives thérapeutiques, mon médecin m’a proposé une infiltration.

La perspective d’une infiltration peut impressionner. Comment s’est déroulée la prise en charge ?
C’est précisément pour cela je souhaite témoigner. Bien que je ne sois pas douillette, il est vrai que l’idée d’une piqûre dans une zone du corps endolorie me créait un peu d’anxiété. Et je dois dire que l’accueil de MEDIMAGE a contribué à dissiper ma peur. Le personnel y est particulièrement prévenant et j’ai beaucoup apprécié le calme régnant dans les lieux et la sensation apaisante de huis clos.
Le centre est très bien agencé, facile d’accès dans un quartier agréable, où je réside depuis toujours.

Comment s’est déroulée l’opération ?
J’en suis à ma deuxième infiltration. À chaque fois, c’est le docteur Besse qui m’a traitée en prenant le temps de me réexpliquer la nature et l’objet de l’intervention. Elle a tout d’abord réalisé une radiographie afin de pouvoir travailler avec précision. Mon appréhension ayant en grande partie disparu, les 4 piqûres se sont déroulées sans la moindre difficulté. Pour l’anecdote, le docteur Besse a pratiqué la chirurgie pendant 4 ans. C’est pour moi une garantie de sécurité supplémentaire.

Depuis, comment vous sentez-vous ?
Il semblerait que tout le monde ne réagisse pas de la même manière à cette opération ; mais en ce qui me concerne, le résultat est parfait. Deux jours après l’infiltration, j’ai retrouvé une mobilité quasi normale, qui m’a rendu la liberté à laquelle je suis si attachée. L’infiltration ne guérit pas, bien que la réduction de l’inflammation puisse y contribuer; mais la souffrance, elle, diminue bel et bien. Ma première infiltration a tenu trois ans. J’ai réalisé la seconde il y a 18 mois, et le résultat apporte le même résultat positif.

Abonnez-vous à notre Newsletter